Neuroplasticité et effets de la musique sur bébé et les enfants

Si la musique fait partie de notre quotidien, nous ne sommes pas forcément conscients de l’effet produit par un simple air mélodieux sur notre cerveau ainsi que sur notre corps. Au cours des années, les neurosciences ont acquis une meilleure compréhension de nombreux phénomènes, notamment des bienfaits de la musique sur les bébés et les enfants, au niveau de leur neuroplasticité.

Neuroplasticité et effets de la musique sur bébé et les enfants

La neuroplasticité et sa relation avec l’univers musical

Définition de la neuroplasticité

Dès 1890, les premiers chercheurs en neurologie ont commencé à penser que le cerveau humain répondait de manière spécifique à la stimulation musicale, notamment à travers la structuration du langage.

La révolution apportée par les technologies de l’imagerie cérébrale il y a une vingtaine d’années a permis d’approfondir la question et de nombreuses découvertes ont mis en relation l’écoute et la pratique musicale avec le fonctionnement du cerveau.
Concrètement et de façon générale, le cerveau est modifié par les expériences et les apprentissages de toutes sortes, c’est ce qu’on appelle la neuroplasticité.

De manière plus singulière, l’étude de l’action de la musique écoutée par bébé, les enfants ou la population adulte sur le cerveau permet de comprendre en quoi elle joue un rôle structurant, identificateur, émancipateur et même thérapeutique pour l’homme.

Définition scientifique de la neuroplasticité

Également appelée plasticité neuronale ou plasticité cérébrale, la neuroplasticité décrit les mécanismes par lesquels le cerveau parvient à se structurer de manière différente lors des processus de neurogénèse. Ces derniers interviennent dès la phase embryonnaire ou plus tard, lors d’apprentissages. La neuroplasticité s’exprime par la capacité du cerveau à créer, défaire et réorganiser les réseaux de neurones ainsi que les connexions entre ces neurones.

Les recherches du professeur Hervé Platel

Professeur de Neuropsychologie à l’Université de Caen, Hervé Platel est un éminent spécialiste des effets de la musique sur la neuroplasticité.

Dès 1990, il a été l’un des premiers chercheurs à utiliser les techniques de neuro-imagerie afin de visualiser l’activité du cerveau durant l’écoute de morceaux de musique. Ses recherches ont abouti à la conception d’une cartographie cérébrale de la mémoire musicale chez les sujets non-musiciens et musiciens.

Selon la conclusion d’Hervé Platel, « alors que la mémoire verbale sollicite un réseau très spécifique de neurones, essentiellement localisé dans l’hémisphère gauche du cerveau, la mémoire musicale met en jeu une région du cerveau plus étendue, et active les deux hémisphères. »

À tout âge, la musique écoutée par bébé, les enfants et les adultes pénètre dans le cerveau par différents canaux : la perception, les émotions, la motricité et la mémorisation. Par ailleurs, l’écoute active les circuits de la récompense : la musique dopamine bébé, c’est bien connu !

Chez les enfants, la musique correspondrait à un formidable moyen d’augmenter la créativité. Son effet sur la plasticité cérébrale serait de mieux en mieux évalué et bien réel, même s’il reste du chemin à parcourir avant de comprendre en détail à quel point elle impacte le cerveau humain.

Les dernières recherches sur la neuroplasticité du cerveau mettent en relation les effets de la musique sur le traitement de la maladie d’Alzheimer. La découverte de thérapies complémentaires à base de matériel audiovisuel amène les chercheurs à se poser de véritables questions sur les liens entre musique et cerveau par le croisement de plusieurs disciplines telles la neurologie, la neuropsychologie et la psychologie cognitive. La métamorphose des patients au contact de la musique serait spectaculaire. Les expérimentations sont toujours en cours.

Les effets de la musique sur bébé et les enfants

La corde sensible à la musique : l’émotion

Les neurosciences et l’étude de la neuroplasticité montrent la façon dont la musique agit sur notre cerveau ainsi que nos fonctions physiologiques. Les analyses récentes mettent en avant le fait que la musique agirait sur le niveau de stress de bébé et des enfants. Écouter une musique relaxante avant une situation stressante permettait de ramener plus rapidement à la normale leur système de réponse à cette angoisse, ce qui stipule que leurs émotions peuvent être contrôlées et influencées par la musique qu’ils écoutent. La musique est d’ailleurs utilisée pour soulager les enfants convalescents.

Dans la vie quotidienne la musique aide à créer un environnement approprié et améliore la sensation de bien-être des tout-petits. Les expressions émotionnelles offertes par la musique à bébé ont d’autres effets très intéressants. Elles parviennent notamment à moduler sa mémoire. Comme le disait le philosophe Kant, « la musique est la langue des émotions ».

La musique écoutée par bébé et les enfants leur permet de construire leur identité

Sans compter ses bénéfices sur le sommeil et la santé de bébé, la musique permet de construire la mémoire et contribue au maintien de l’identité. Là encore, la neuroplasticité du cerveau est à l’origine de processus fascinants.

Si certains spécialistes affirment que la musique rend les enfants plus intelligents, il est acquis que notre identité se construit tout au long de notre vie par les souvenirs que nous engrangeons.

Les adolescents qui passent des heures à écouter de la musique en sont la meilleure illustration : le style de musique qu’ils entendent apporte une contribution très importante au développement de leur identité. La recherche souligne également que les musiques écoutées par les enfants ou durant l’adolescence sont plus facilement reconnues, avec un grand degré d’émotion. Ces enseignements sont à mettre dans le prolongement des analyses qui concluent au lien évident entre le chant prénatal et les bienfaits de la musique pour bébé et maman.

Par ailleurs, même si ce constat reste éloigné de l’étude de la neuroplasticité, la musique de la génération de nos parents serait très bien mémorisée, confortant les théories de l’influence intergénérationnelle et de l’importance de la culture musicale au sein d’une famille.

Les études sur la neuroplasticité ont également mis en valeur les bénéfices de la pratique d’un instrument de musique sur le cerveau des enfants. Ces travaux sont à mettre en relation avec ceux de Lawrence Parsons, neurologue à l’Université de Sheffield. Spécialiste de la neuroplasticité, ce dernier indique que le cerveau d’un enfant au contact régulier d’un instrument de musique développe de meilleures connexions entre les encéphales. La sensibilité auditive ainsi que les capacités motrices et attentionnelles sont améliorées. L’apprentissage de la musique modifie de façon positive la structure et le fonctionnement de différentes aires cérébrales. Sachez donc qu’il n’est jamais trop tôt pour commencer l’éducation musicale de bébé !
Vous pouvez lire aussi...

Top