Adopter la bonne technique pour endormir bébé et favoriser la régularité du sommeil du nourrisson

Un bébé qui fait ses nuits dès son retour à la maison, tous les parents en rêvent ! Cette situation est malheureusement bien loin de la réalité d’une majorité de parents, même s’il ne faut pas s’alarmer pour autant. Si chaque enfant est unique et dispose de son propre rythme, il existe quand même des techniques éprouvées pour endormir bébé : l’instauration d’un rituel au moment du coucher et le respect d’horaires réguliers en font partie. D’autres astuces simples et efficaces tel le sevrage parental sont encore bénéfiques pour améliorer le sommeil du nourrisson.

Adopter la bonne technique pour endormir bébé et favoriser la régularité du sommeil du nourrisson

La meilleure technique pour endormir bébé ? Connaître ses habitudes et respecter les fondamentaux

Comprendre le fonctionnement nocturne d’un enfant

Afin d’aider votre nourrisson à trouver son rythme de sommeil, le premier conseil est d’abord de réfléchir à la façon dont votre bébé se comporte de manière globale sur une durée de 24 heures. Essayer d’analyser son fonctionnement pendant la journée permet de définir son rythme de sommeil, à l’heure de la sieste ou le soir venu. Tenter de cerner son activité durant la nuit s’avère ensuite essentiel pour favoriser le sommeil de votre nourrisson.

La meilleure technique au monde pour endormir bébé à toutes les chances de s’avérer totalement inefficace si vous ne connaissez pas bien ses habitudes. Réfléchir à ce processus permet de remarquer rapidement les signes de fatigue émis par votre progéniture, ce qui vous renseigne sur son besoin de calme et permet de définir avec une certaine précision ses périodes de repos nécessaires.

Une chose est certaine : les besoins en sommeil du nourrisson évoluent avec l’âge

Le sommeil du nourrisson de zéro à un mois

Bébé dort en cycles courts d’une durée de 50 minutes à 1 heure. Il enchaîne les phases marquées par des moments de sommeil agité puis d’autres plus calmes. Ses périodes de repos s’étendent en moyenne sur 3 ou 4 heures ;

De un à quatre mois

Le sommeil commence à s’organiser. Les cycles s’allongent pour s’établir à 70 minutes environ. Bébé dort alors pendant des plages allant de 6 à 8 heures.

Bon à savoir : le rythme de sommeil du nourrisson finit par se calquer sur celui de ses parents à partir de l’âge de 4 mois. On dit que bébé fait ses nuits (6 à 8 heures d’affilée au maximum !). Il préfère alors se reposer quand il fait noir plutôt que le jour.

Le rituel de l’endormissement : la technique à privilégier pour endormir bébé

La meilleure technique pour endormir bébé consiste sans aucun doute à l’aider à trouver son rythme en respectant la règle de la régularité des horaires de coucher.
S’il convient de savoir que ce rythme obéit à une horloge interne programmée, instaurer certains principes de base permet d’accompagner le nourrisson sur la voie d’un sommeil optimal.

Instituer une routine au moment du coucher fait notamment partie des recommandations les plus préconisées par les spécialistes de la petite enfance. Une fois le rythme de sommeil du nourrisson bien cerné, la définition d’un rituel répété au quotidien va lui permettre de faire ses nuits à plus ou moins brève échéance, mais jamais avant l’âge de 6 semaines dans tous les cas, ce pour des besoins physiologiques (nourriture).

Chaque soir, respectez l’ordre des actions suivantes afin que bébé comprenne que le moment de plonger dans les bras de Morphée est venu :

  • bain,
  • mise du pyjama,
  • dîner,
  • changement de la couche,
  • gros câlins,
  • chant d’une berceuse.

Le rituel le plus répandu est certainement celui de la berceuse, dont les vertus d’apaisement sont prouvées. Dans un lit bien aménagé, placez bébé dans une position confortable. N’hésitez pas à lui susurrer une douce sérénade à l’oreille, en vous faisant accompagner au besoin de musique pour nourrissons.

L’enfant va très vite associer inconsciemment le moment du coucher à la routine établie : cette technique simple à mettre en place pour endormir bébé est souvent concluante.

Le sevrage parental pour contourner les troubles du sommeil du nourrisson

Sommeil du nourrisson et sevrage parental

Autre technique appropriée pour endormir bébé, le sevrage de la présence parentale peut être pratiqué au bout de quelques semaines, toujours dans la douceur. Il consiste à limiter l’intervention des parents pendant la nuit, lors des fréquents réveils qui hachent le sommeil du nourrisson.

Le principe de base du sevrage parental consiste à éviter de se précipiter dans la chambre de votre enfant dès qu’il se met à pleurer ou alors à faire en sorte que vos visites soient brèves, silencieuses et ponctuelles.

Il est certes tout à fait normal que des réveils intempestifs et fréquents viennent perturber le sommeil du nourrisson : un enfant se réveille la nuit lorsqu’il termine un cycle de sommeil, comme nous l’avons évoqué plus haut. Les problèmes surviennent lorsque bébé réclame un parent pour se rendormir dans la phase de latence comprise entre deux cycles.

Afin de l’apaiser et le calmer, quelques petites astuces suffisent parfois :

  • lui apporter un objet sécurisant : une petite couverture, un ourson, un t-shirt imprégné de l’odeur de maman, un objet dur pour contrecarrer le mal de dents, etc. ;
  • allumer une petite lumière tamisée ou une veilleuse ;
  • laisser la porte entrouverte pendant toute la nuit, avec une source lumineuse à l’extérieur de la chambre ;
  • garder un biberon d’eau à proximité du lit et le faire boire quand il se réveille.
La question du sevrage parental est loin d’être tranchée et fait toujours débat chez les spécialistes de la petite enfance et du sommeil du nourrisson. Certains d’entre eux se prononcent en faveur d’un parti pris opposé au sevrage parental en louant les bienfaits du cododo comme technique aboutie pour endormir bébé.

La principale méthode de sevrage parental

Il existe plusieurs techniques pour endormir bébé en le sevrant de la présence de maman ou papa, dont celle de l’attente progressive (ou méthode du 5-10-15) qui est la plus utilisée. On la doit à Richard Ferber, qui l’a publiée en 1985. Des études montrent qu’elle se révèle efficace sur bon nombre d’enfants.

Son principe de mise en place est simple et progressif. Lorsque l’enfant se réveille et pleure la nuit, il est conseillé de le laisser d’abord pleurer 5 min avant d’aller voir ce qui se passe ; puis d’espacer ce laps de temps de 10 min lors de son second réveil, puis de 15 min lors du troisième réveil éventuel. Entre chaque réveil, le parent qui entre dans la chambre doit lui fournir un objet de transition (doudou, petit jouet souple, hochet,…) afin de le rassurer.

Pour endormir bébé, cette technique est à répéter sur la durée d’une semaine. La deuxième nuit, on laisse pleurer bébé 10 min, puis 15 min, puis 20 min avant d’intervenir. La troisième nuit, 15 min, puis 20 min, puis 25 min, et ainsi de suite jusqu’à la septième nuit. Des améliorations dans le processus de rendormissement peuvent être visibles dès la troisième nuit.

La technique ne fonctionne que si le nourrisson trouve le sommeil par lui-même le soir, les parents ne devant pas intervenir au moment du coucher.
Cette méthode est à proscrire dans les cas d’insomnie de l’enfant liée aux cauchemars, à la peur du noir, à la solitude ainsi qu’à d’éventuels problèmes physiologiques.

Bon nombre de jeunes parents méconnaissent très souvent les mécanismes du sommeil de leur nourrisson. Si chaque enfant est unique, la meilleure technique à employer pour endormir bébé est encore d’apprendre à le connaître et de le rassurer au maximum. Sa venue au monde dans un environnement inconnu est pour lui un événement brutal. Un peu de bons sens et beaucoup d’amour vont très vite lui permettre d’appréhender au mieux l’atmosphère qui l’entoure.
Vous pouvez lire aussi...

Top