Face à l’hyperactivité : lutter contre l’insomnie et favoriser un meilleur sommeil de bébé et des enfants

Améliorer le sommeil des enfants et même des bébés serait l’une des clés pour permettre de soigner les symptômes de l’hyperactivité. C’est du moins ce que soutiennent des chercheurs australiens qui viennent de réaliser une étude sur la question. Le fait de lutter contre l’insomnie des enfants et de chercher à renforcer la régularité de leur repos nocturne pourrait donc soulager bien des parents.

Face à l'hyperactivité : lutter contre l'insomnie et favoriser un meilleur sommeil de bébé et des enfants

Sommeil des enfants et hyperactivité : un diagnostic indispensable

L’hyperactivité en question

L’hyperactivité ou le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) concerne aujourd’hui environ 3 à 5 % des enfants en âge scolaire, dont une majorité de garçons. D’origine neurobiologique, elle serait due à un dysfonctionnement de certains neuromédiateurs tels que la noradrénaline et la dopamine. Les facteurs génétiques et héréditaires permettent également d’expliquer le développement d’un comportement hyperactif chez certains enfants.

Le diagnostic de l’hyperactivité est déterminé à l’issue d’un bilan clinique et psychomoteur complet réalisé par un médecin spécialiste. Le rythme de vie des enfants est également analysé, et notamment tout ce qui concerne les problèmes d’attention et les éventuels troubles du sommeil dont ils peuvent être victimes :

  • apnée du sommeil de l’enfant,
  • ronflements,
  • fragmentation du sommeil,
  • sommeil non récupérateur,
  • etc.

Une étude sur le sommeil des enfants

Des chercheurs australiens du Royal Children’s Hospital de Parkville et de l’Université de Melbourne ont récemment mené une étude visant à évaluer l’incidence d’un sommeil perturbé des enfants sur leur comportement hyperactif.

Un panel de 244 enfants âgés de 5 à 12 ans tous atteints de TDAH a été retenu pour cette expérience. Ceux-ci ont été répartis en deux groupes distincts. Le premier a bénéficié d’une intervention particulière menée par des psychologues et des pédiatres pendant six mois.

Ces derniers se sont intéressés aux pratiques d’hygiène du sommeil en rencontrant les enfants tous les quinze jours et en les suivant au moyen d’un contact téléphonique quotidien. L’objectif consistait globalement à lutter contre l’insomnie ainsi qu’à améliorer la qualité du sommeil des enfants en tentant de résoudre certains problèmes en fonction de chaque cas. Le deuxième groupe de l’étude a pour sa part bénéficié du suivi habituel des soins standards pour ce type de pathologie.

Après comparaison entre les deux groupes d’enfants, les principaux critères retenus pour l’étude ont concerné :

  • la gravité des symptômes,
  • celle des troubles du sommeil,
  • celle du comportement,
  • la qualité de vie,
  • le fonctionnement au quotidien,
  • la mémoire de travail et le niveau de stress.

Lutter contre l’insomnie des enfants, remède à l’hyperactivité des bébés

Des résultats significatifs

Les résultats de l’enquête ainsi réalisée ont porté leurs fruits. Visant à lutter contre l’insomnie des enfants, la réduction des symptômes et l’amélioration des comportements, du fonctionnement quotidien ainsi que de la mémoire de travail des enfants du premier groupe, l’efficacité de l’intervention des thérapeutes a été bien réelle.

Les résultats de l’évaluation du premier groupe d’enfants démontrent en effet :

  • une réduction significative des symptômes du TDAH dès le troisième mois de suivi ;
  • une amélioration de 25 % de la qualité de sommeil des enfants ainsi qu’une réduction du risque de trouble du sommeil au bout de trois mois pour les enfants ayant bénéficié de l’intervention ;

Les chercheurs affirment même que l’amélioration des cycles du sommeil rentre pour 50% dans l’amélioration de la santé des enfants et la diminution des symptômes d’hyperactivité.

Les enseignants des enfants bénéficiaires du programme d’intervention signalent également une nette amélioration de leur comportement à l’école ainsi qu’une augmentation de leur mémoire de travail.

Lutter contre l’insomnie de bébé fait baisser l’hyperactivité

Les résultats de cette recherche corroborent les expérimentations menées dans les années 90 par le Dr Vastal Thakkar, psychiatre de l’école de Médecine de New-York. Ce dernier avait alors constaté qu’un enfant sur trois et un adulte sur quatre soignés pour hyperactivité, ne présenteraient pas un déficit de l’attention mais plutôt un déficit de sommeil.

Loin de pouvoir prouver scientifiquement les faits, le Dr Thakkar, avait quand même mis en parallèle la réduction globale du temps de sommeil de l’enfant dans la population contemporaine avec une recrudescence des diagnostics de TDAH.

Si l’hyperactivité d’un enfant ne peut généralement pas être diagnostiquée avec certitude avant l’âge de 6 ans, certains bébés peuvent manifester très tôt certains premiers signes d’hyperactivité, au bout de quelques mois. Près de 4 % des enfants seraient même concernés en France.

Inutile cependant de s’inquiéter de manière trop excessive : la distinction entre un bébé hyperactif et un bébé un peu plus agité que la normale est très difficile à faire. Dans ce cas, lutter contre l’insomnie et respecter quelques conseils de base pour endormir votre bébé de la meilleure des façons afin de favoriser un bon sommeil est encore la meilleure des choses à faire.

N’oubliez pas non plus que l’alimentation influe sur le rythme circadien de bébé et entre également en compte pour aider les nouveaux-nés à trouver leur propre rythme.

Une intervention visant à améliorer la qualité du sommeil chez l’enfant hyperactif peut sensiblement réduire la sévérité des symptômes de TDAH. Les recherches sont formelles et ouvrent de nouvelles pistes dans le traitement de ce symptôme, qui peut apparaître dès les premiers mois de la vie de bébé.
Vous pouvez lire aussi...

Top