Sommeil et réveil nocturne du nourrisson : faut-il laisser pleurer bébé ?

Tous les parents ou presque le savent : la nuit venue, le sommeil de bébé pose parfois de gros problèmes ! Nous vous révélions dans un précédent article que le fait de laisser pleurer un nourrisson pendant un petit moment avant d’intervenir est préconisé par certains spécialistes de la petite enfance. C’est notamment le cas des chercheurs de l’Université Temple, à Philadelphie. Pourtant, certains psychologues s’inscrivent en faux par rapport à ce postulat et prônent une vision diamétralement opposée afin de limiter le réveil nocturne des tout-petits.

Réveil nocturne du nourrisson : comment appréhender la situation ?

Une situation délicate à gérer

À l’heure du coucher ou au milieu de la nuit, les jeunes parents se trouvent bien souvent désemparés face aux problèmes posés par le sommeil de bébé. Si les réveils nocturnes sont fréquents et naturels, faut-il laisser votre nourrisson pleurer ou attendre qu’il se calme tout seul ? Les avis divergent sur la question.

Les recommandations des pédiatres empruntant le sillon tracé par les chercheurs de l’université Temple à Philadelphie trouvent en ce moment un écho favorable. Leur position est la suivante : lorsque bébé pleure la nuit, il n’est pas indispensable de venir systématiquement à son chevet. Un enfant qui apprend à s’endormir ou se réendormir seul aurait moins tendance à se manifester lors de réveils nocturnes pendant les mois qui suivent, garantissant en peu de temps un prompt sommeil à l’ensemble de la maisonnée.

Pour les tenants de ce courant de pensée, laisser pleurer bébé ou décider de le calmer n’a rien d’un dilemme : il ne faut pas agir afin qu’il prenne conscience par lui-même qu’est venu le moment de dormir. Le sommeil de bébé ne pose donc pas de problème !

Résister aux pleurs du nourrisson, un parti pris en vogue

Marsha Weinraub abonde dans ce sens. La spécialiste américaine explique en effet que la notion clé qui ressort de ses travaux montre que les bébés ont besoin d’apprendre à s’endormir seuls : « Lorsque les mamans répondent à tous ces réveils nocturnes, ou si un bébé prend l’habitude de s’endormir au sein, il peut lui être difficile d’apprendre à s’apaiser et à trouver un sommeil régulier. »

Le fait de laisser pleurer bébé et de résister à la tentation d’aller le voir immédiatement en cas de pleurs garantirait donc son sommeil et ne l’affecterait pas émotionnellement tout en préservant intacte la relation parent-enfant.
Certes, mais Marsha Weinraub précise également qu’il est conseillé de consulter un médecin si les problèmes de sommeil de bébé et ses fréquents réveils nocturnes persistent au-delà de l’âge de 18 mois…

Mauvais sommeil de bébé : il faut intervenir au plus vite

Réveil nocturne : ne laissez pas pleurer votre enfant !

À l’opposé des conclusions de la position « non interventionniste » en matière de mauvais sommeil et de réveil nocturne de bébé, des psychologues prétendent au contraire qu’il convient de calmer au plus vite les pleurs des nourrissons pour les apaiser.

C’est le cas d’Anne Bacus, qui pense qu’il est tout à fait normal que votre nourrisson pleure… et qu’il n’est pas question de rester les bras croisés en attendant que cela passe ! D’autant qu’un sommeil régulier de bébé favorise son développement.

Les principaux conseils donnés par la psychologue

  • Avant l’âge de 3 mois, il est impératif d’intervenir au plus vite quand bébé vous appelle avec ses cris. Ses pleurs constituent un acte de communication : ne pas lui répondre, c’est refuser l’échange ;
  • Agir et tenter quelque chose afin de favoriser le sommeil de bébé, même si cela ne fonctionne pas immédiatement, aide les parents à mieux supporter ses pleurs ;
  • Se poser les bonnes questions est indispensable : la faim, la fatigue, le besoin de proximité, le désir de téter, l’inconfort (chaud, froid) constituent des raisons qui expliquent une grande part des pleurs et des réveils nocturnes des nourrissons ;
  • Ne pas hésiter à prendre bébé contre vous. Il a sans doute besoin de contact charnel et de ressentir votre chaleur corporelle afin d’être rassuré.

L’importance d’éliminer les causes médicales des pleurs

En cas de réveil nocturne et avant toute chose, il est nécessaire de vérifier si bébé ne souffre pas. Toute manifestation de cris différents de ceux qu’il pousse habituellement ou survenant brutalement en pleine nuit, brefs ou sous forme de gémissements répétés, doit vous amener à consulter un médecin. Pensez également à prendre sa température.

Les astuces anti-pleurs

Intervenir pendant le sommeil de bébé ne signifie pas que vous allez réussir à le rendormir tout de suite. Il faut savoir faire preuve de patience et de bonne volonté : en résumé, lui montrer tout l’amour dont il a besoin pour se sentir mieux.

Si la situation est parfois éprouvante, surtout en cas de répétition des réveils nocturnes, il n’y a rien de dramatique. De nombreux parents sont passés par là !

Sachez que les pleurs sont nécessaires au bon développement du nourrisson et permettent d’évacuer toutes les tensions accumulées au cours d’une journée. Cependant, vous pouvez tenter d’exercer quelques remèdes afin de le calmer :

  • une berceuse tendrement chantée par maman à l’oreille de son enfant ;
  • l’écoute d’un doux morceau de musique pop à bas volume ;
  • un petit massage du ventre pour soulager une digestion encore imparfaite ;
  • un tour du pâté de maisons en voiture ou en poussette ;
  • l’enrouler dans une couverture réconfortante ;
  • l’installer dans un petit lit dans lequel sa tête et ses pieds touchent les côtés ;
  • lui donner un bain tiède ;
  • etc.

Tous les bébés ne sont pas égaux devant le sommeil et il existe de nombreuses manières spécifiques permettant de lutter contre leurs réveils nocturnes. Il faut d’abord apprendre à connaître son enfant et tenter de déterminer son rythme pour essayer d’apporter la réponse la plus appropriée à une situation qui semble parfois insoluble. Par ailleurs, n’oubliez pas que l’insomnie du nourrisson est très fréquente et normale : ne disposant pas de tous les éléments de langage pour communiquer, un bébé se manifeste souvent par des pleurs, y compris au milieu de la nuit...
Vous pouvez lire aussi...

Top